gototop
Vous êtes ici : Accueil > La Fondation > Histoire de l'émigration > Article 6 : L’exode des juifs...2 > La Fondation

accueil

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Article 6 : L’exode des juifs...2
ImprimerRecommander

 L-exode-des-juifs-marocains-le-divorce-et-sa-melancolie

Les juifs marocains n'étaient pas des intrus ou de nouveaux immigrés. Les plus récemment installés au Maroc sont arrivés avec les moresques d'Espagne chassés par l'inquisition au début du 16ème siècle. Sinon tous les autres sont des marocains depuis des siècles et qui étaient là avant même l'arrivée de l'Islam. Un grand nombre d'entre eux se sont convertis. Et, ils ont tous participé activement à l'épopée du Royaume du Maroc depuis sa création par Moulay Idriss 1er à nos jours et ce aux différents niveaux, scientifique, économique et politique. Ils ont pris une part significative au rayonnement de la grande communauté plurielle des territoires liés historiquement aux sultans marocains, de l'Andalousie jusqu'au Mali au Sud et de Marrakech jusqu'à la Tunisie à l'Est.

Très actifs dans le commerce international, les juifs marocains étaient aussi bien enracinés dans les tribus berbères et bien implantés dans les villes. Ils assuraient une intermédiation commerciale conséquente entre la cité et les zones rurales pour l'écoulement et la valorisation de la production agricole. Les moins nantis d'entre eux assuraient des travaux d'artisanat d'autres tenaient des commerces diversifiés allant de l'épicerie à l'orfèvrerie. Dans la ville nouvelle, ils occupaient des postes élevés de profession libérale : médecins, notaires ou détenteurs de maisons de crédit.

En ville comme dans la campagne, les juifs marocains vivaient en parfaite harmonie avec les autres concitoyens dans un milieu bi-confessionnel qui s'est façonné d'une manière globalement sereine et apaisée durant plus d'un millénaire. Et comme toute minorité dans la société humaine, il arrivait que les plus faibles d'entre eux subissent les excès d'une minorité méchante et bénéficient en revanche des bienfaits protecteurs de la majorité. Les exactions collectives et généralisées contre les juifs en raison de leur confession sont quasiment inexistantes. Dans les relations normales de société, leur intégration totale à la culture marocaine faisait d'eux une composante stable de celle-ci.

La vie communautaire dans cette espace bi-confessionnel avait son charme et sa richesse. Elle entretenait d'une manière implicite et spontanée un brin d'humanisme chez le marocain par l'acceptation naturelle de la diversité, l'expression de sentiments d'affection envers l'autre, en dépit de sa différence et de la mansuétude envers l'être humain en tant que tel. Ces valeurs prenaient leur expression totale dans les fêtes par l'échange de gâteaux, de repas et de recettes, par la visite entre voisins, partenaires commerciaux ou simples connaissances et par les actes de soutien ou de compassion des uns envers les autres dans le cadre d'une amitié dans « l'altérité ». Ces valeurs humaines transcendantes s'épanouissent dans la diversité, se cultivent dans la mixité et ne prennent leur parfaite expression que dans la sérénité de la reconnaissance mutuelle.

Toute cette beauté de vivre ensemble a été perdue avec le départ de nos compatriotes juifs. Le divorce allait être scellé avec la guerre des six jours en 1967. L'exclusion des palestiniens chassés de leur terre et l'exclusivité confessionnelle instaurée par le Sionisme en Palestine occupée va altérer au Maroc, dans un amalgame chez le commun des mortels entre Sionisme et Judaïsme, une perception du juif construite autour de valeurs ancestrales de cohabitation séculaire et de convivialité réciproque.

Fort heureusement, parmi les juifs marocains, il y avait ceux qui ont fait le pari du Maroc en tenant tête au Sionisme. Ils constituent le témoignage vivant d'un passé commun. Ils sont peu visibles dans le quotidien du Maroc d'aujourd'hui notamment dans la médina mais ils sont toujours parmi nous.

Ceci étant, le départ des étrangers et l'exode des juifs vont impacter la société marocaine d'une manière indélébile. Elle n'était plus la même au début et à la fin des années soixante. C'est que l'émigration objet de notre propos, a tourné la page d'un chapitre de l'histoire du Maroc dans un aller sans retour... une déconstruction... puis une reconstruction.

Aujourd'hui l'impact judaïque sur la culture marocaine nous rappelle toujours un passé enchanté. Les recettes de cuisine comme les chansons des derniers chanteurs juifs marocains ou maghrébins1 : Sami El Moghribi2 ou le groupe botbol reviennent de temps en temps tel un refrain, pour nous rappeler le bon vieux temps d'un vivre commun.

   


1

 

2

  

   Abdesselam El Ftouh

  

FH2MRE 30/06/2020

De temporaire à sédentaire - La migration marocaine s’installe en Europe De temporaire à sédentaire - La migration marocaine s’installe en Europe D'aucuns ne pensaient pas que ces jeunes recrutés pour travailler en Europe allaient s'y installer pour de bon. Ils...
L’exode des juifs marocains - Le divorce… et sa mélancolie L’exode des juifs marocains - Le divorce… et sa mélancolie   Les juifs marocains n'étaient pas des intrus ou de nouveaux immigrés. Les plus récemment installés au...
L’exode des juifs marocains - Le déracinement L’exode des juifs marocains - Le déracinement      Si le départ des étrangers a laissé un vide, celui des juifs marocains allait déstructurer...
Les années 60 - Déconstruction reconstruction d’un Maroc en mutation Les années 60 - Déconstruction reconstruction d’un Maroc en mutation     'Si la providence a voulu la destruction d'Agadir, sa reconstruction sera l'œuvre de notre volonté...
L’installation des primo-migrants  - Pari gagné L’installation des primo-migrants - Pari gagné L’installation des primo-migrants Pari gagné     Si les hommes du Sous-Massa-Deraa, vus dans l'article...
Des cimes aux abimes - L’exploit d’un recruteur zélé « Felix Mora » Des cimes aux abimes - L’exploit d’un recruteur zélé « Felix Mora » Des cimes aux abimes L’exploit d’un recruteur zélé « Felix Mora »     Rien ne prédestinait ces...
L’Emigration marocaine - Une fresque chatoyante de l’histoire contemporaine du Maroc L’Emigration marocaine - Une fresque chatoyante de l’histoire contemporaine du Maroc L’Emigration marocaine Une fresque chatoyante de l’histoire contemporaine du Maroc   A deux ans du 60ème...
L’enclenchement L’enclenchement L’enclenchement     Ce fut en 1960, au milieu des 30 glorieuses années de l'après-guerre (1945-1975),...